Thaïlande – Laos: Traversée des frontières de Chiang Rai à Huay Xai

traversée frontière Thailande Laos

Lundi 2 Janvier 2017, Chiang Rai

Après avoir passé trois mois dans le merveilleux pays des sourires, il était temps pour moi d’écrire un nouveau chapitre et de quitter la Thaïlande. Celle faisait quelques années que le Laos était sur ma liste. Cependant, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Et je dois avouer que ce mystère ne faisait qu’amplifier mon envie de découvrir cette partie de « L’Indochine »

Mon périple commence à Chiang Rai, au nord de la Thaïlande. J’arrive un lundi à midi, ce qui me donne le temps de visiter le célèbre temple blanc. Le Wat Rong Khun est vraiment impressionnant mais surchargé de touristes en tout genre. Oubliez le calme et la sérénité des temples en Asie et imaginez des agents de sécurité à leurs micros vous meuglant de marcher plus vite.

Thailande Laos traversée des frontières terrestres

Thailande Laos traversée des frontières terrestres

Thailande Laos traversée des frontières terrestres

Thailande Laos traversée des frontières terrestres

Thailande Laos traversée des frontières terrestres

Mardi 3 Janvier 2017, Chiang Rai

Mardi matin, après un  réveil difficile, une bonne séance de renforcement musculaire et un petit déjeuner décevant, je me dirigeai vers la gare centrale pour prendre un bus local en direction du Laos. J’arrivais quelques minutes avant le départ, et une vieille dame réorganisa le bus en l’espace de quelques secondes pour que je puisse m’installer confortablement et avoir plus d’espace pour moi. Trois jeunes espagnols arrivèrent une minute après moi, et un autre sort leur été réservé. Ils allaient passer les quatre prochaines heures assis sur une sorte de banc aux côtés du chauffeur.

Le bus était vieux de la vieille, mais néanmoins propre. Le voyage de Chiang Rai à Chiang Thong (la frontière du côté Thaïlandais) coûte 65 baths (2€) pour un trajet de quatre heures. Autant dire que ca ne coûte rien! Les gens dans le bus semblaient tous avoir leurs bagages à proximité, mais le chauffeur avait mis le mien dans le coffre avant de démarrer. Oui, j’étais traitée comme une petite princesse. Midi et demi, le bus démarre me conduisant pour une toute nouvelle aventure!

Nous étions sur la route depuis quelques minutes et je n’arrivais pas à me sortir de l’esprit un déjeuner que j’avais eu avec ma maman quelques semaines avant de commencer ma vadrouille en Asie. Nous étions à table et je faisais une liste de tous les pays que je voulais visiter. Je filtrais ceux qui ne requièrent pas de visa pour un passeport Marocain et ceux pour lesquels je devais m’organiser pour mes procédures de demande avant de quitter le pays. Ma maman jeta un rapide coup d’oeil à cette liste et me demanda de façon surprise ce qui m’attirais au Laos? Pourquoi est-il sur ma liste? Puis elle m’avoua que la première chose qui lui venait à l’esprit en pensant au Laos était la guerre d’Indochine. Et bizarrement, c’était le cas pour moi aussi.

Thailande Laos traversée des frontières terrestres

Soudain, ses paroles éveillèrent dans mon esprit des milliers de pensées en tout genre. Je commençais pour la première fois à imaginer le Laos, son peuple, sa nature. Je l’imaginais rural mais authentique. Oh, et puis j’imaginais des moines, pleins de moines dans leurs robes orange marchant en groupes. J’imaginais des champs de riz et plein de palmiers. Des enfants qui courent dans tous les sens le long du Mékong me saluant pendant ma traversée en barque. Mon esprit était incontrôlable, une vraie machine à rêves. Je rêvais éveillée, et le plus beau dans l’histoire c’est que j’étais sur mon chemin pour faire de ce rêve une réalité!

Cela fait plus de quatre heures que nous sommes dans le bus à s’arrêter aléatoirement sur le chemin, pour déposer des passagers et en en récupérer d’autres. La vieille dame qui m’avait aidé à trouver un siège m’expliquait à moi et aux autres voyageurs dans le bus qu’elle nous déposerais dans quelques minutes. Ensuite, elle ajouta que nous aurions besoin de prendre un Tuk-Tuk (taxi local) pour arriver à la frontière pour tamponner nos passeports et sortir de la frontière Thaïlandaise pour aller au Laos.

Thailande Laos traversée des frontières terrestres

Mardi 3 Janvier 2017, Chiang Thong

Le bus nous déposa à une station où les Tuk-Tuk s’empressèrent de nous conduire directement à la frontière du côté thaïlandais. Il était déjà 16h passée, la frontière est vide, rien à l’horizon à part un bureau de change fermé. Un homme assis un peu avant les douaniers me demanda si j’avais un billet d’avion retour pour mon pays et des dollars pour payer le visa à l’arrivée. Je lui répondait que oui, puis il me laissa passer.

Le passage à la douane fut simple et rapide. L’officier s’assura que je n’avais pas dépassé la limite des 60 jours permis. Puis il me demanda quelle était ma destination après le Laos. Je lui répondis que j’allais retourner dans mon pays. Il tamponna mon passeport et j’étais prête à partir. Après la douane, la même histoire. Tout est vide, et à part un bureau de change vendant des billets d’autobus pour traverser le pont d’amitié entre les deux pays, rien! J’achetais mon billet de bus pour traverser le No man’s land entre les deux pays. Après une vingtaine de minutes d’attente, le bus partait à la frontière du côté Laotien.

Thailande Laos traversée des frontières terrestres

Thailande Laos traversée des frontières terrestres
Le trajet en bus a été très rapide. Le pont d’amitié entre les deux pays est très court. Après un trajet de 2 minutes, le bus nous déposa du côté laotien, et encore une fois, rien à l’horizon. Un bureau de change fermé et trois bureaux de demande de visa à l’arrivée. J’étais un peu stressée. Je n’avais que des Euros sur moi et le bureau des demandes de visa n’accepte que les payements en dollars. Le bureau de change était fermé, et de tout façon, ce n’était pas une bonne idée d’échanger mes euros en dollars. Ils auraient d’abord échangé mes Euros en Kips (monnaie Laotienne) puis les Kips en dollars. Autant dire que je perdrais bien au change!

Fort heureusement, deux de mes amis étaient sur leur chemin pour le côté Laotien de la frontière. Ils prirent le bus une demi-heure après mon départ de Chiang Rai. Je les attendis une quarantaine de minutes, ce qui me laissa suffisamment de temps pour remplir le formulaire de visa et la carte d’entrée au Laos. À leur arrivée je m’étonnais à quel point tout était simple et rapide. La demande de visa pris un peu moins de dix minutes. À part le formulaire, une photo d’identité et les frais de visa(30 ou 35 dollars en fonction de vôtre passeport). Pour l’anecdote, j’ai dû payé 1$ de pénalité pour être arrivée après 16h. Pourquoi? Mystère et boule de gomme!

Thailande Laos traversée des frontières terrestres

Thailande Laos traversée des frontières terrestres

Mardi 3 Janvier 2017, Huay Xai

Je suis enfin au Laos. Tout c’est très bien passé! Ce passage aux frontières a été le plus fluide et le moins compliqué de tous ceux que j’ai vécu avant. À Huay Xai, les rues sont vides. Un pick-up propose de me conduire au centre de la ville. Après une rapide négociation, il m’emmenait au centre qui se trouvait à 14 kilomètres des frontières pour 2Euros. Et l’aventure au Laos commence!

Mes premières impressions sont bonnes. Les Laotiens sont gentils et semblent honnêtes. La nature est magnifique, mais Huay Xai est très rural. Il y a une différence notable entre la Thaïlande et le Laos, et j’adore ça. J’appréhendais de me retrouver dans un pays qui serait une version un peu moins développée de la Thaïlande. Je découvrais bien vite que ce n’était pas le cas. J’étais stupéfaite par tout ce que je voyais. Tout avait l’air si différent, distinct et inhabituel et ca faisait bien longtemps que je n’avais pas vécu un dépaysement pareil.

Il est 18 heures, et je suis enfin dans ma chambre d’auberge. À ma grande surprise, les prix d’hébergement sont plus élevés qu’en Thaïlande et pour une qualité bien inférieure. Le fait que nous soyons à la frontière et que les options soient limitées expliquerait probablement ce curieux phénomène. Je déposais rapidement mon sac à dos et décidais d’aller manger. Voilà, l’aventure d’aujourd’hui s’arrête là. J’ai hâte de partager dans les jours à venir mes péripéties sur le fleuve du Mékong. Ne ratez pas ça, je vous préviens ca va être bien spécial!

Quelques conseils pour la traversée aux frontières

  • Quitter Chiang Rai avant midi et arriver à Huay Xai avant 16h.
  • Avoir dollars pour payer les frais de Visa (seuls les dollars sont acceptés)
  • Prévoir de l’eau et de la nourriture pour le voyage
  • Avoir une photo d’identité pour la demande de visa à l’arrivée

Si vous avez apprécié cet article, partagez le avec vos amis sur vos réseaux sociaux favoris.

Écrit par
Plus d' écrits d' Aïda Bennouna

République Dominicaine: La côte Nord, Virée en voiture de Cabarete à Puerto Plata

C’était la première semaine de Décembre. J’étais encore entrain de me remettre...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code